Marange-Silvange

mairie

Situation

La commune, chef lieu de canton, se situe dans l'arrondissement de METZ – CAMPAGNE. Le territoire communal s'étend sur 2 km du nord au sud et sur 8 km d'ouest en est. Il est au carrefour de nombreux axes routiers nationaux et départementaux (A4, RN52, RD112E, RD 52).

Historique

Si aujourd'hui MARANGE-SILVANGE forme une seule commune, on entend encore souvent dire les administrés mêmes de la ville : « je suis de SILVANGE » ou « je suis de MARANGE ». Il est vrai que cette identification à l'une ou à l'autre partie de la ville était autrefois bien une réalité.
En effet, ce n'est que le 29 septembre 1809 par décision impériale que la réunion de MARANGE et SILVANGE est officialisée.
SILVANGE dépendait de ROMBAS jusqu'à la Révolution avec une chapelle, 15 familles environ et une grande ferme. Il s'agissait d'une Seigneurie dépendante de SAINT PAUL de VERDUN à vocation agricole. SILVANGE sera ainsi commune autonome de 1792 à 1809. MARANGE a toujours été un village plus important. Au XVème siècle, on comptait 97 familles dans ce gros bourg. L'activité principale était l'agriculture, le terroir naturel étant très favorable, et notamment l'élevage et l'activité vigneronne.

A l'époque de CHARLES LE TEMERAIRE, MARANGE devient bourguignon. Avec CHARLES QUINT, MARANGE deviendra une enclave espagnole jusqu'au traité des Pyrénées en 1559 ; le village est donc jusqu'à cette date un avant poste entre la France et l'Espagne. SILVANGE reste, quant à elle, DUCHE de BAR. En 1790, MARANGE compte 807 habitants, puis 915 habitants en 1802. Au milieu du XIXème siècle, le vignoble de MARANGE atteint son extension maximale avec 124 ha. Au cours de l'évolution du village de MARANGE, il existait à l'ouest de son terroir un lieudit TERNEL qui restera comme tel jusqu'en 1895 avec l'ouverture de la mine puis se développera en tant que cité minière.

Jusqu'au début des années 1950, SILVANGE est ainsi resté un petit hameau séparé du bourg de MARANGE par un espace boisé important, le bois de VUIDENCEL. En raison du besoin de logements de la période d'après guerre, SILVANGE s'étend dès 1952 avec le chantier de la cité des CASTORS allant de la RN 52 jusqu'au début du groupe scolaire Félix Midy.
Sur l'initiative de l'usine SAFE (Société des Aciers Fins de l'Est) et avec les accords du conseil municipal du 6 août 1945 et du 10 juin 1949, la cité ouvrière constituée d'un ensemble de logements collectifs se voit autorisée sur le ban communal de SILVANGE et prendra le nom de « LA MARJOTTEE » du nom d'un petit ruisseau aujourd'hui canalisé. Le chantier de la MARJOTTEE est donc légèrement antérieur à celui des CASTORS mais ces 2 opérations marquent le démarrage de l'évolution urbaine de SILVANGE jusqu'à la fin des années 50, période pendant laquelle on verra s'enchaîner les chantiers avec le lotissement H.L.M dit « de la MOSELLE », le centre commercial de la place du marché, le groupe scolaire Félix MIDY, etc.

Equipements et activités économiques

La Commune de MARANGE-SILVANGE, une commune urbaine, reste un site d'aspect très campagnard grâce à l'écrin de verdure qui entoure ses espaces urbanisés. Ceci constitue un atout qui la rend très attractive, justifiant la demande de logements.
MARANGE est intégrée dans une vallée avec une urbanisation récente qui a connu un premier essor début des années 1960 en fond de vallée du Billeron (sauf TERNEL à l'OUEST) avec sa colline sud très agricole et couronnée d'une forêt et sa colline nord où le vieux village s'accroche à mi-pente. C'est de ce côté bien exposé au soleil du sud que se trouvaient les vignes qui se terminaient également par une couronne de forêt.

Quant à Silvange, dont l'urbanisation s'est développée au coup par coup le long du CD 52 Bis, elle a repoussé derrière les jardins privatifs la forêt dans laquelle elle s'est créée. C'est donc un écrin de verdure qui délimite Silvange sur une colline s'élevant à partir du carrefour de la Justice sur la RN 52, culminant au quartier de La Marjottée et descendant jusqu'à l'Hôpital Saint-François.

La nature est ainsi très présente. L'occupation du sol se répartit de la façon suivante : 301 hectares de terres agricoles, 698 hectares de forêts et 525 hectares de zones urbanisées.

Patrimoine

La commune de MARANGE–SILVANGE est concernée par une protection relevant de la compétence de l'Architecte des bâtiments de France : l'ossuaire de MARANGE–SILVANGE (1606) inscrit monument historique le 23 novembre 1987.

La commune de MARANGE–SILVANGE recèle par ailleurs bon nombre de sites archéologiques gallo-romains et moyenâgeux. Quelques fontaines ou lavoirs agrémentent la commune ainsi que des calvaires très anciens et un Bon Dieu De Pitié du XVIème siècle. La Chapelle du Saint-Sacrement date de 1614. Le Palais de Justice fin du XVIIème siècle. Un cimetière dit "des Prussiens" fait partie du patrimoine historique de la ville. A noter, appartenant à un propriétaire privé, 1 pressoir à levier (chauqueu) du XVIIème siècle, de 12m de long.

Retour accueil

MARANGE-SILVANGE CONTACTS

LES COORDONNEES

12 rue de l'Abani
57535 MARANGE-SILVANGE
Tél. 03 87 34 61 70
Fax. 03 87 34 61 75
www.ville-marange-silvange.fr

HORAIRES D'OUVERTURE

Lundi et vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00
Mardi et jeudi de 8h00 à 12h00
Mercredi de 8h00 à 12h00 et de 13h00 à 19h30

http://francepharm.net http://www.francemedicale.net